Menu

L’avocate d’Abdeslam le décrit comme quelqu'un de “très humain”


Rédigé le Mercredi 8 Juin 2022 à 10:18


Ce lundi, Olivia Ronen, l’avocate de Salah Abdeslam, le “seul membre vivant du commando” des attentats du 13 novembre 2015, était sur le plateau de Quotidien. Elle a expliqué quel était son rôle et défendu son client. Une phrase en particulier n’a pas manqué de retenir l’attention des journalistes présents sur le plateau, des téléspectateurs et des internautes: “C’est quelqu’un de très humain”.

Le procès des attentats de Paris s’est ouvert le 8 septembre 2021. Le verdict sera rendu le 29 juin prochain, à l’issue de plus de neuf mois de débats. Ce 6 juin, Yann Barthès a reçu Olivia Ronen, l’avocate de Salah Abdeslam, que le présentateur de Quotidien a présenté comme le “seul membre vivant du commando” des attentats.

L’avocate française s’est présentée, elle, ainsi que son collègue Marin Vettes, l’autre avocat d’Abdeslam, comme les “vigies du fond”. Ensemble, ils ont épluché et étudié les “millions de pages” qui constituent le dossier. “Il y a eu des choses qui ont été dites pendant six années, six années durant lesquelles Salah Abdeslam n’a pas exercé ses droits. Il a fallu éplucher tout ça avec un œil neuf, sans idée reçue, sans préjugé, en essayant de se départir de tout ce que l’on avait pu entendre pendant six années”, explique-t-elle.

Olivia Ronen insiste sur le fait que son client n’a jamais été accompagné par un avocat, de sorte qu’il n’a jamais été informé de ce qu’il se passait. Rappelons que Salah Abdeslam a délibérément choisi de ne pas être représenté, mais l’avocate parisienne n’a pas voulu révéler les raisons qui ont poussé son client à faire ce choix. “Quelques mois avant le procès, nous avons dû l’entretenir de tout ça, lui dire exactement ce qu’il y avait dans le dossier, et nous avons dû construire une défense”, poursuit-elle.

“Quelqu’un de très humain”
Me Ronen admet avoir hésité avant d’accepter la demande d’Abdeslam d’être son avocate. “C’est une décision lourde de conséquence, parce que c’est engageant une défense comme celle-là. Je n’ai pas hésité très longtemps, car j’ai vu qu’il y avait quelque chose à faire, que le contact était bon. Contrairement à toutes les idées qu’on avait pu se faire, c’est quelqu’un de très humain.”

Cette dernière phrase a interpellé le journaliste Julien Bellver, qui a souligné le fait qu’il était difficile d’entendre quelqu’un défendre Salah Abdeslam et le qualifier de “personne humaine”, alors qu’il a été membre d’un commando qui a fait 130 morts et de 413 blessés, selon le bilan officiel des victimes. “Je suis contre les idées toutes faites qui viennent dire qu’un personne est à exclure de l’humanité, que c’est un monstre, quelqu’un d’inhumain”, a répondu Olivia Ronen. “Les faits qui lui sont reprochés sont, au contraire, très humains et ça amène à les comprendre, à les penser un peu différemment. Quand je dis les comprendre, cela ne veut pas dire les justifier, les légitimer. Mais c’est aussi ce travail de la cour d’assises que de savoir ce qu’il s’est passé pour qu’on en arrive là.”

Olivia Ronen se dit “fière de participer à cette œuvre de justice”, espère que les “responsabilités seront justement reconnues” et que la décision de justice apaisera tout le monde.


par 7sur7.be



Nouveau commentaire :








Rubriques à la une





Antoine Wardini
Dr Abdoulaye Diop
ASSANE Dioma Ndiaye
Baba Tandjan
Khafor Touré
Babacar Gaye
Ibrahima Sène
Babacar Gaye

Khafor Touré
Dieguy Diop
Mballo Dia Thiam
Adji Mergane Kanouté
Mballo Dia Thiam
Elhadji Momar Samb
Dr Babacar Niang
Dr Babacar Niang