Menu

Thierno Alassane Sall, Parcours d'un homme du refus!


Rédigé le Mardi 14 Septembre 2021 à 11:11


Thierno Alassane Sall, né le 30 novembre 1963, est un homme politique sénégalais. Il est l'un des principaux opposants sénégalais depuis 2017.
Il a été, entre octobre 2012 et juillet 2014, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, du gouvernement d’Abdoul Mbaye, puis, de juin 2015 à mai 2017, ministre de l'Énergie dans le gouvernement de Mahammad Boun Abdallah Dionne.
Il a été représentant de l'ASECNA au Sénégal pendant près de 23 ans.
Membre-fondateur de l'Alliance Pour la République (APR), il a été coordonnateur de la Convergence de Cadres Républicains (CCR), creuset de réflexion et de stratégie de l’APR, jusqu’à sa démission du gouvernement sénégalais et son départ du régime de Macky Sall en 2017.
Thierno Alassane Sall est membre-fondateur du parti politique la République des Valeurs (Réewum Ngor), dont il est le président depuis 2017.


Thierno Alassane Sall est issu d'une vieille famille religieuse, de longue tradition soufie, originaire du Fouta Toro au Nord du Sénégal. Ses grands-parents sont réputés, dans le Fouto Toro, comme étant de grands érudits en islam. Son oncle était cadi au tribunal de Thiès. Ses parents viennent du village de Donaye, relié à Guédé et aux autres villages de l'île à Morfil, dans le département de Podor.
Son père, Ahmed Tidiane Sall, après avoir fait des études coraniques dans son village, puis en Mauritanie, fut l'un des premiers sénégalais à s’être lancé dans les études supérieures en arabe, au Maroc. Il a enseigné l'arabe au lycée Charles de Gaulle de Saint-Louis, puis au lycée Malick Sy de Thiès. Après avoir réussi le concours de l'École Nationale d’Administration et de Magistrature du Sénégal (ENAM), il est devenu diplomate. Il a été premier conseiller à l'ambassade du Sénégal en Irak, et haut-fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.
Thierno Alassane Sall est marié et père de trois enfants.
Thierno Alassane a commencé des études coraniques à l'école de ses oncles, dans la maison familiale. Il a ensuite commencé ses études à l’école laïque et républicaine de Randoulène Sud (actuelle école Ali Ba) de Thiès. Il a, par la suite, suivi pendant un an son père à Saint-Louis, où il était inscrit à l’école Charles de Gaulle (ex-école des fils de chefs, devenue école Khayar Mbengue). De retour à Thiès, il termine son cursus élémentaire à l’école HLM. Il passera tout son cursus moyen et secondaire au lycée Malick Sy de Thiès.
Après avoir décroché son baccalauréat, il poursuit ses études en Tunisie, à l'École Nationale d’Ingénieurs de Sfax. Il y obtient un diplôme d’ingénieur en électronique spécialité télécommunications. Il a aussi obtenu un diplôme d’ingénieur en aviation civile à l'École Africaine de la Météorologie et de l'Aviation Civile (EAMAC) de Niamey au Niger. Il est en outre diplômé d’une Licence en économie à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.
Thierno Alassane Sall a passé la totalité de sa carrière professionnelle à l'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA). Il y a occupé les postes de directeur de la navigation aérienne, chef du service d’inspection technique à la direction générale, et chef des départements sécurité, puis contrôle. Il a été représentant de l'ASECNA au Sénégal, puis aux Comores.
Il est auditeur certifié de l'Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). Il a participé à plusieurs audits en Afrique, en Asie et en Europe. Il a été membre de l’équipe des 19 experts de l’OACI sur la sécurité aérienne, Safety Management Panel (SMP). Il fait partie des rédacteurs de l'Annexe 19 à la Convention de Chicago, relative à l’aviation civile internationale.
En avril 2012, Thierno Alassane Sall devient directeur général de l'Agence de la Régulation des Télécommunications et des Postes du Sénégal. Son passage fut notamment marqué par sa volonté d’assainir les comptes de l’ARTP. Il réduit son salaire de directeur général de 14 millions à 5 millions de F CFA, une première dans l’histoire du Sénégal. À la tête de l'agence, il élabore un plan stratégique, pour engager le travail sur la qualité de service et l’audit des coûts des opérateurs. Au niveau de la régulation postale, il parvient à faire en sorte que le courrier de moins de 500 grammes soit désormais remis à la Poste. Il rend accessible le Wifi dans certaines universités, notamment celles de Dakar et de Saint-Louis. Il rompt avec certaines pratiques, comme le financement par l'ARTP d’activités superflues telles que les cérémonies de gala ou de lutte.

Thierno Alassane Sall a occupé le poste de ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement d’octobre 2012 à juin 2014. Il a lancé les premiers grands projets de routes rurales à une échelle considérable, notamment les travaux de la 3ème section de la Voie de Dégagement Nord (VDN).


Thierno Alassane Sall a aussi été ministre de l'Energie du Sénégal, entre juin 2015 et mai 2017. Son passage coïncida avec les grandes découvertes de gaz et de pétrole au Sénégal : Saint-Louis offshore profond et Kayar offshore profond. À ce poste, il a voulu assainir le secteur de l'Énergie en retirant certains permis d’exploration8, notamment ceux de Rufisque offshore profond. Il a aussi impulsé les projets d’électrification dans les zones rurales les plus défavorisées, dont certaines étaient à des taux d’électrification de 4 %.
Thierno Alassane Sall se définit comme « un universaliste qui cherche le progrès et la justice partout ». Sa pensée et son action sont ancrées dans sa foi musulmane et dans les valeurs progressistes. Son engagement politique est influencé par Thierno Souleymane Baal, pour ses idées élevées des droits humains, de la justice, de l’idéalisme et de l’égalité. Il admire le côté visionnaire et pragmatique de l'ancien Premier ministre de Singapour, Lee Kuan Yew, ainsi que la ténacité et la grande détermination face à la fatalité du chef militaire soviétique, Gueorgui Joukov. Samory Touré l’inspire pour sa compréhension, en son temps, de l’organisation, de la méthode et de la nécessité de moderniser les institutions.
Il est un fervent lecteur de Karl Marx, de Friedrich Engels et de Vladimir Ilitch Lénine et des œuvres de panafricanistes, comme Cheikh Anta Diop et Kwame Nkrumah. Il admire le sens du sacrifice de Thomas Sankara, Patrice Lumumba, et Nelson Mandela. Il lit les auteurs de la négritude, comme Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, ou leurs critiques comme Stanislas Spero Adotevi. Grand amateur de littérature, il est un lecteur assidu des œuvres de John Steinbeck, d’Ernest Hemingway, de Gabriel Garcia Marquez, de Victor Hugo, de Léon Tolstoï. Ses écrivains africains préférés sont Chinua Achebe et Amadou Hampâté Bâ.
Thierno Alassane a milité, en tant que syndicaliste, au lycée Malick Sy de Thiès dès la classe de première. Il y a eu un engagement fort pour l’amélioration des conditions de vie et d’apprentissage des élèves de son lycée. Il mena des revendications pour l’égalité de prise en charge des bourses d’élèves venus de Thiadiaye ou Khombole et des autres circonscriptions environnantes.
Il fait ses débuts politiques dans le parti de la gauche révolutionnaire, And-jëf, qui avait pour orientation « la laïcité, le socialisme, la démocratie, la justice sociale, l'équité, le respect des droits de l’homme et la coopération sur la base du respect mutuel et des avantages réciproques ». Il a été recruteur pour And-jëf au lycée Malick Sy de Thiès. Il quitte cette formation politique, déçu par la « discipline de caserne qui y régnait »
En 2008, il est membre-fondateur de l'Alliance Pour la République (APR). Après des divergences profondes avec le président du parti et chef de l'État, Macky Sall, il démissionne du gouvernement et quitte l'APR en 2017.
Après son départ de l’APR, Thierno Alassane Sall crée en 2017, avec plusieurs cadres sénégalais et des sympathisants, le parti la République des Valeurs (Réewum Ngor).
Dans son ouvrage, Servir, Abdoul Mbaye, ancien Premier ministre dit à son propos : « Monsieur Thierno Alassane Sall est un technocrate membre influent du parti présidentiel. J'ai eu le net sentiment qu'il faisait de la politique par conviction. Je me souviens un jour lui avoir dit : quand je te vois, je regrette de ne pas m'être engagé en politique, car j'ai conscience qu'on peut faire de la politique dans notre pays sans vendre son âme. »
Thierno Alassane Sall déclare sa candidature à l’élection présidentielle de 2019 au Sénégal, mais le Conseil constitutionnel ne valide pas une partie des parrainages qu’il soumet. Il ne participera pas à cette élection présidentielle.
Il conteste la décision du Conseil constitutionnel et dépose un recours. Il « estime que l'Etat a profité de la refonte du fichier pour fausser le jeu démocratique ».

avec wikipedia



Nouveau commentaire :


Facebook








La Grosse Révélation de Mohamed Ali Sega Camara contre Macky Sall

20/09/2021

Mr le président de la république : l’Assemblée nationale, serait-elle devenue, sous votre magistère, un sordide repaire de malfrats de tout acabit ?

17/09/2021

PSE et Pauvreté au Senegal : Chiffres et manipulations insidieuses !

14/09/2021

24 ans après, Serigne Abdoul Aziz SY Dabaakh, Un modèle achevé de l’Islam pur et simple

14/09/2021

“J’ai vu la mort” : Le témoignage poignant de Guirassy

14/09/2021

Seydi Gassama : « La crédibilité de Y en a marre n’est pas en jeu »

14/09/2021

Goûter au bonheur de savoir lire et écrire

13/09/2021

Chroniques des anomalies qui se normalisent…

11/09/2021

Lansana Gagny Sakho tire sur Bougane : « Ses militants se limitent au personnel de Sentv »

08/09/2021

Lansana Gagny Sakho
Adji Mergane Kanouté
Ndeye Fatou Toure
Cheikhou oumar Sy
Abbe Jacques Seck
Antoine Wardini
Ndeye Fatou Touré
Mamadou Kassé

CLEDOR SENE
Babacar Gaye
Dieguy Diop
Mamadou Ndoye
Mamadou Kassé
Mamadou Diop Decroix
Abdoulaye Wilane
Massokhna Kane